La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Loading
Main menu
Select a language
Search
Loading

Syndrome de Down

Le syndrome de Down, encore appelé trisomie 21, est une maladie génétique causée par la présence d'une copie supplémentaire du chromosome 21ANCHOR. Les personnes atteintes du syndrome de Down souffrent généralement de complications de santé découlant du chromosome supplémentaire et ont certaines difficultés d'apprentissage.

Symptômes

© iStock/EVAfotographieLes signes du syndrome de Down sont apparents dès la naissance, avec plusieurs caractéristiques physiques y compris un petit menton et un nez plat. Les personnes avec le syndrome de Down ont également un risque plus élevé d'avoir des organes défectueux, en particulier le cœur, qui peut nécessiter une intervention chirurgicale peu après la naissance. L'espérance de vie des personnes atteintes du syndrome de Down a augmenté de façon spectaculaire au cours des dernières décennies, passant de 12 ans en 1949 à 60 ans en 2004ANCHOR.

Les anomalies neurologiques deviennent de plus en plus apparentes au fur et à mesure que les bébés grandissent, avec un QI moyen de 50 mesuré chez les adultes atteints du syndrome de DownANCHOR. Leur ampleur peut varier de manière significative selon les individus, d'autant plus que les déficiences précoces des aptitudes cognitives peuvent s'améliorer au fil du temps.

Des études chez la souris suggèrent que le chromosome supplémentaire active les gènes qui bloquent le facteur de croissance VEGFANCHOR. Cela empêche le développement des vaisseaux sanguins, ce qui a pour avantage inattendu de protéger l'organisme contre le cancer en empêchant l'approvisionnement sanguin des tumeurs.

À part le traitement des dysfonctionnements des organes, il n'y a à l'heure actuelle aucune thérapie médicale pour celles et ceux touchés par le syndrome de Down. L'essentiel de la prise en charge se concentre sur la parole et la langue ainsi que sur la physiothérapie pour encourager le développement.

Base Génétique

Une cellule humaine saine contient deux copies de chaque chromosome, une de chaque parent. Dans le cas de la trisomie, une erreur de développement produit un chromosome supplémentaire, ce qui généralement entraîne une fausse couche. La plupart des fœtus qui survivent sont porteurs d'un chromosome 21 supplémentaire et naissent avec le syndrome de Down.

Des études chez la souris ont montré qu'une mutation du gène Bub1 augmente la probabilité de voir leur progéniture porter des chromosomes supplémentairesANCHOR. Le gène Bub1 fonctionne comme un point de contrôle de la division cellulaire en vérifiant la distribution des chromosomes pendant la division cellulaire.

La recherche de traitements

Les souris génétiquement modifiées, de la souche Ts65Dn, possèdent des copies supplémentaires de certains gènes semblables à ceux trouvés sur le chromosome 21 humain. Ils ont été utilisés pour mieux comprendre les causes des divers symptômes du syndrome de Down et susciter de nouveaux traitements. En 2010, les chercheurs ont découvert que les gènes Olig1 et Olig2 étaient surexprimés chez ces sourisANCHOR. La réduction de l'expression de ces gènes a corrigé certains problèmes neurologiques comme l'activité anormale du cerveau. Cette solution pourrait s'appliquer à l'homme par le biais d'une thérapie génique ou la conception de nouveaux médicaments.

Certains médicaments, déjà approuvés pour le traitement d'autres maladies, pourraient améliorer la fonction cérébrale de celles et ceux atteints du syndrome de Down :

    • Des chercheurs italiens ont montré en 2012 que le lithium, fréquemment utilisé pour traiter le trouble bipolaire, stimule la croissance des neurones dans le cerveau des souris modèles du syndrome de DownANCHOR. Des essais cliniques ont été réalisés pour tester l'efficacité du lithium sur les patients, bien que ses effets ne soient pas encore connus. Le lithium a plusieurs effets secondaires sur la thyroïde, le cœur et les reins qui sont particulièrement préoccupants pour les patients atteints du syndrome de Down.
    • Des essais cliniques sont également en cours pour tester l'efficacité de la mémantine, un médicament approuvé pour le traitement de la maladie d'AlzheimerANCHOR. Elle a d'abord été testée sur les souris Ts65Dn, puis chez l'homme dans des essais de faible envergure qui ont montré des améliorations de la mémoire verbale.
    • Plus récemment, un médicament contre l'asthme appelé le formotérol a montré qu'il renforçait les connexions nerveuses dans l'hippocampe des souris Ts65DnANCHOR. Après 2 semaines de traitement avec ce médicament, les souris ont montré des améliorations de leur capacité d'apprentissage. Le médicament améliore la réponse du cerveau au neurotransmetteur noradrénaline, moins synthétisé chez les personnes atteintes du syndrome de Down.

En 2013, des chercheurs ont démontré que l'insertion du gène XIST dans l'une des copies du chromosome 21 « bâillonne » biochimiquement le chromosomeANCHOR. Le gène XIST est un gène normalement présent, responsable de l'inactivation de l'un des deux chromosomes X d'une femme. Après introduction dans les cellules trisomiques, on peut presque rétablir la fonction normale. À ce stade, cette technique devrait davantage permettre de mieux comprendre la biochimie de ces cellules plutôt qu'être directement applicable à de nouveaux traitements.

Plus récemment encore, en septembre 2013, les chercheurs ont injecté à des souris nouveau-nées touchées par le syndrome de Down une petite molécule connue sous le nom d'agoniste de la voie Sonic HedgehogANCHOR. À l'âge adulte, les souris traitées avaient un cerveau bien mieux constitué et de meilleures capacités d'apprentissage que les souris témoins, atteintes du syndrome de Down mais non traitées. Toutefois, les souris traitées montraient encore des différences par rapport aux souris normales.


Références

  1. LE Reynolds et al (2010) Tumour angiogenesis is reduced in the Tc1 mouse model of Down’s syndrome Nature 465, 813–817 doi:10.1038/nature09106
  2. Anna J Esbensen Health conditions associated with aging and end of life of adults with Down syndrome, Health issues among persons with Down syndrome p 107
  3. American Academy of Pediatrics Committee on Genetics (2001) Health supervision for children with Down syndrome Pediatrics 107(2):442–49 doi:10.1542/peds.107.2.442
  4. LE Reynolds et al (2010) Tumour angiogenesis is reduced in the Tc1 mouse model of Down’s syndrome Nature 465, 813–817 doi:10.1038/nature09106
  5. S Leland et al (2009) Heterozygosity for a Bub1 mutation causes female-specific germ cell aneuploidy in mice PNAS vol. 106 no. 31 12776-12781 doi:10.1073/pnas.0903075106
  6. L Chakrabarti et al (2010) Olig1 and Olig2 triplication causes developmental brain defects in Down syndrome Nature Neuroscience 13, 927–934 doi:10.1038/nn.2600
  7. http://blogs.nature.com/spoonful/2012/12/lithium-experiment-in-down-syndrome-mice-casts-light-on-human-trials.html
  8. R Boada et al (2012) Antagonism of NMDA receptors as a potential treatment for Down syndrome: a pilot randomized controlled trial Translational Psychiatry  2, e141 doi:10.1038/tp.2012.66
  9. V Dang et al (2013) Formoterol, a Long-Acting β2 Adrenergic Agonist, Improves Cognitive Function and Promotes Dendritic Complexity in a Mouse Model of Down Syndrome Biological Psychiatry doi:10.1016/j.biopsych.2013.05.024
  10. J Jiang et al (2013) Translating dosage compensation to trisomy 21 Nature 500, 296–300 doi:10.1038/nature12394
  11. I Das et al (2013) Hedgehog Agonist Therapy Corrects Structural and Cognitive Deficits in a Down Syndrome Mouse Model Sci Transl Med 5(201):201ra120 doi:10.1126/scitranslmed.3005983

Main menu
Select a language
Search
Loading