La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Main menu
Select a language
Search
Loading

Nouvelles thérapies pour traiter les infections parasitaires

Malaria plasmodium

Le prix Nobel 2015 de physiologie et de médecine a été décerné à William C. Campbell et Satoshi Ōmura pour leurs découvertes concernant une nouvelle thérapie contre les infections causées par certains parasites, les ascaris ; ainsi qu’à Youyou Tu pour ses découvertes concernant une nouvelle thérapie contre le paludisme.

Les maladies causées par les parasites affligent l'humanité depuis des millénaires et constituent un problème majeur de santé mondiale. En particulier, les maladies parasitaires touchent les populations les plus pauvres du monde et représentent un énorme obstacle à l'amélioration de la santé et du bien-être humains. Les lauréats du prix Nobel de cette année ont développé des thérapies qui ont révolutionné le traitement de certaines des maladies parasitaires les plus dévastatrices.

"Les deux découvertes ont fourni à l'humanité de nouveaux moyens puissants pour combattre ces maladies débilitantes qui affectent des centaines de millions de personnes chaque année", a déclaré le comité Nobel. "Les conséquences en termes d'amélioration de la santé humaine et de réduction des souffrances sont incommensurables."

Traiter les infections parasitaires causées par les vers ronds (ascaris)

William C. Campbell et Satoshi Ōmura ont découvert un nouveau médicament, Avermectin, pour lutter contre les infections aux ascaris. On estime qu'un tiers de la population mondiale a actuellement une infection par des vers qui proviennent du sol, dont les vers ronds constituent une proportion importante. Ces parasites infestent l'intestin humain, où ils vivent, se nourrissent et se reproduisent. Parfois, les vers se déplacent de l'intestin grêle à d'autres parties du corps provoquant de sérieuses complications.

Satoshi Ōmura, un microbiologiste japonais et expert dans l'isolation de produits naturels, a réussi à isoler une nouvelle souche de Streptomyces - des bactéries connues pour produire des agents ayant des activités antibactériennes - et les a cultivées avec succès en laboratoire. William C. Campbell, expert en biologie parasitaire travaillant aux Etats-Unis, a étudié l'efficacité de ces cultures et a montré qu'un composant de l'une des cultures était remarquablement efficace contre les parasites chez les animaux domestiques et de ferme. Plus tard purifié et modifié pour être plus efficace, l'agent bioactif a été testé chez des rats, des souris, des vaches, des poulets, des lapins, des moutons, des porcs, des chiens, des chevaux et enfin chez l'homme.

Ce médicament appelé Avermectin a contribué à réduire l'incidence de maladies telles que l'onchocercose et la filariose lymphatique, toutes deux causées par les parasites. Le médicament a également montré une certaine efficacité contre d'autres parasites, et a fourni un outil puissant pour lutter contre les maladies débilitantes qui affectent les gens dans le monde entier.

Malheureusement, les variantes ultérieures de la drogue se sont avérées mortelles pour les vautours.

Traiter le paludisme

Youyou Tu a découvert l'artémisinine, un médicament qui a considérablement réduit le taux de mortalité des patients atteints de paludisme. Le paludisme est causé par un parasite appelé Plasmodium, qui est transmis par des piqûres de moustiques infectés. Dans le corps humain, les parasites se multiplient dans le foie et infectent ensuite les globules rouges. S'il n'est pas traité, le paludisme peut rapidement devenir mortel en perturbant l'approvisionnement en sang des organes vitaux et, dans les cas graves, en endommageant le cerveau et en provoquant la mort.

Youyou Tu en Chine s'est tourné vers la phytothérapie traditionnelle pour relever le défi de développer de nouvelles thérapies contre le paludisme après que les médicaments utilisés pour traiter le paludisme dans les années 1960 soient devenus moins efficaces. À partir d'une grande sélection et triage de remèdes à base d'herbes chez des animaux infectés par le paludisme, un extrait de la plante Artemisia annua est sélectionné comme un candidat intéressant. Tu a été le premier à montrer que ce composant, plus tard appelé artémisinine, était très efficace pour lutter contre le parasite du paludisme, tant chez les animaux infectés que chez l'homme.

Encore aujourd'hui, le paludisme est une maladie répandue avec plus de 3,4 milliards de personnes à risque de contracter le paludisme. Il infecte 200 millions de personnes chaque année et, en 2012, environ 627 000 personnes sont mortes du paludisme, dont la plupart étaient de jeunes enfants en Afrique subsaharienne. De plus, dans de nombreuses parties du monde, les parasites ont développé une résistance à un certain nombre de médicaments. Lorsqu'elle est utilisée en association, l'artémisinine réduit la mortalité due au paludisme de plus de 20% dans l'ensemble et de plus de 30% chez les enfants. Pour l’Afrique seule, cela signifie que plus de 100 000 vies sont sauvées chaque année.

Ces deux découvertes ont aidé l'humanité à lutter contre les maladies débilitantes causées par des parasites qui affectent des centaines de millions de personnes chaque année et ont fondamentalement changé le traitement des maladies parasitaires. Les conséquences en termes d'amélioration de la santé humaine et de réduction des souffrances sont incommensurables.



Main menu
Select a language
Search
Loading