La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Main menu
Select a language
Search
Loading

Tests de produits ménagers sur les animaux

Il n'existe aucune définition précise de ce qu'est un produit ménager. Ce terme inclut des produits tels que l'eau de Javel, le liquide vaisselle, le détergent à lessive, les insecticides, les solvants, la cire pour meubles et le désodorisant. Les législateurs des procédures de tests fournissent des exemples de produits pouvant faire partie de cette catégorie. Pourtant, l'utilisation de cette  classification est laissée à l'entière discrétion de chacun.

Le gouvernement du Royaume-Uni s'est engagé à mettre fin aux tests de produits ménagers sur les animaux et discute actuellement avec les organisations concernées. Une des premières étapes du processus de consultation sera de trouver un accord sur une définition de «produit ménager», ce point étant essentiel pour la mise en œuvre d'une interdiction.

Pourquoi a-t-on recours à des animaux pour tester des produits ménagers ?
Ingrédients
Tests de produits
Comparaison avec l'interdiction de l'expérimentation animale pour les produits cosmétiques de l'Union européenne
N'y a-t-il pas déjà suffisamment de produits ?
Les entreprises qui vendent déjà des produits ménagers non testés sur les animaux

Pourquoi a-t-on recours à des animaux pour tester des produits ménagers?

Les tests d'innocuité sont un élément essentiel de la société moderne. La plupart des tests sont effectués pour répondre aux exigences réglementaires et législatives internationales et sont destinés à protéger le consommateur, la main-d'œuvre et l'environnement. Les tests ont souvent recours à des techniques n'impliquant pas les animaux, mais l'utilisation des animaux demeure une part essentielle du processus.

Il y a une différence entre le fait de tester un produit ménager fini, domaine dans lequel peu de tests sont réalisés, et le fait de tester les ingrédients qu'il contient, qui généralement doivent l’être conformément à la loi. En Union européenne, le Centre européen pour la validation de méthodes alternatives (CEVMA) est chargé d'approuver de nouveaux tests n'impliquant pas les animaux et pouvant remplacer les méthodes classiques utilisant les animaux. Aux États-Unis, l'Interagency Coordinating Committee for the Validation of Alternative Methods (ICCVAM, Comité de coordination interagences pour la validation de méthodes alternatives) effectue un travail similaire. De nombreux tests de toxicité de stade précoce emploient désormais des méthodes alternatives approuvées. Les tests de produits chimiques sur les animaux ne sont effectués qu'en dernier recours, lorsque les premiers essais révèlent qu'il y a «lieu de s'inquiéter» de la toxicité d'une substance spécifique.

Ingrédients

Toutes les nouvelles substances chimiques, quels que soient les produits dans lesquels elles sont susceptibles d'être utilisées, doivent être testées avant d'être commercialisées. Les tests garantissent que ces substances sont conformes aux normes de sécurité, qu'elles peuvent être emballées et utilisées de façon appropriée.

Dans l’Union européenne, le règlement REACH exige dorénavant que toutes les substances chimiques nouvelles et existantes soient testées. Un certain nombre de directives antérieures ont été remplacées par des méthodes d'essai normalisées afin de déterminer les propriétés dangereuses de nouveaux produits chimiques.

Pour les tests de ces produits, les animaux ne sont utilisés qu'en dernier recours. Le type de tests nécessaires est décidé lorsque la substance chimique est enregistrée et lorsque sa sécurité doit être évaluée. La plupart des expositions accidentelles aux substances chimiques surviennent dans l'industrie, par exemple, lors du processus de fabrication. Toutefois, les produits ménagers sont également une cause importante d'empoisonnements d'enfants et d'animaux domestiques. Il est donc important que des données de toxicité suffisantes existent afin que ces accidents puissent être gérés efficacement.

Tests de produits

Les produits ménagers finis en eux-mêmes sont rarement testés sur les animaux (en 2007, un seul animal a été utilisé au Royaume-Uni). Pour évaluer la sécurité de produits non médicaux, il n'y a souvent aucune obligation légale de réaliser des tests spécifiques sur les animaux. Il existe cependant des exceptions: lorsque la destination d'un produit implique qu'il relève d'une législation spécifique en matière de sécurité; par exemple, certains nettoyants de surface peuvent relevés de la Directive concernant la mise sur le marché de produits biocides.

Les fabricants peuvent décider de tester l'efficacité de leurs produits sur des animaux lorsque cela est approprié. Les herbicides, dont l'étiquette précise qu'ils sont «sans danger pour les animaux domestiques», devront être testés sur des animaux afin que les fabricants puissent s'assurer que leur affirmation est exacte. L'efficacité d'un spray répulsif conçu pour éloigner les chats d'un jardin devra être vérifiée: observer les zones que les chats préfèrent dans une pièce et en consigner s'ils évitent une zone dans laquelle le spray a été appliqué.

Comparaison avec l'interdiction de l'expérimentation animale pour les produits cosmétiques de l'Union européenne

L'interdiction de l'UE relative à l'expérimentation animale pour les produits cosmétiques concernait tout d'abord les produits finis, puis est devenue une interdiction progressive de l'expérimentation des ingrédients sur les animaux. Fixées pour la fin de l'année prochaine, les dernières étapes comportent notamment une interdiction de l'importation de produits cosmétiques testés sur des animaux.

L'expérimentation pour les produits cosmétiques et celles pour les produits ménagers peuvent sembler comparables. Pourtant, dans les faits, elles sont très différentes. En règle générale, les ingrédients de produits cosmétiques sont présents en très petite quantité, sont de faible toxicité et sont appliqués superficiellement, principalement sur la peau. À titre de comparaison, dans les produits ménagers, ces ingrédients sont présents en quantités beaucoup plus importantes (par ex. l'eau de Javel), peuvent être fortement toxiques (par ex. insecticides) et la principale inquiétude est le fait qu'ils puissent être ingérés par accident.

Comparés aux produits cosmétiques, les produits ménagers, industriels et agrochimiques sont produits en quantités beaucoup plus importantes, sont utilisés, puis jetés dans les canalisations et donc dans la nature. Ces substances peuvent donc provoquer des problèmes graves si elles sont dangereuses pour la santé humaine ou pour l'environnement.

N'y a-t-il pas déjà suffisamment de produits?

La demande de nouvelles substances chimiques destinées à la fabrication de produits est considérable. Entraver le développement et l'expérimentation de nouvelles substances chimiques porterait atteinte à l'industrie et nuirait à l'introduction de nouveaux produits, potentiellement moins nocifs. Certaines substances chimiques sont généralement utilisées dans bon nombre de produits différents et peuvent permettre des utilisations bien plus variées que celles prévues initialement. Dans beaucoup de domaines, des nouveaux produits sont nécessaires de toute urgence. Par exemple, les peintures sans solvant peuvent permettre de réduire les dégâts sur l'environnement.

L'impact environnemental de nombreuses substances chimiques utilisées actuellement est toujours source de préoccupations majeures. Les substances qui persistent dans la chaîne alimentaire peuvent être détectées dans la nature à des centaines de kilomètres de leur point d'origine et pourraient causer des dégâts considérables à l'environnement. Lutter contre ce problème est désormais le principal objectif des essais de substances chimiques.

Les entreprises qui vendent déjà des produits ménagers non testés sur les animaux

Certaines entreprises affirment déjà que les produits ménagers qu'elles vendent n'ont pas été testés sur des animaux. Par exemple, la politique de Marks & Spencer (M&S) relative à l'utilisation d'animaux pour les essais de produits cosmétiques et ménagers stipule que: "nous ne testons aucun de nos produits de beauté ou produits ménagers sur les animaux. Mais nous avons voulu aller plus loin. Dans le cadre des engagements de notre planA, nous nous sommes engagés à garantir également qu'aucun des ingrédients individuels de nos produits de beauté ou produits ménagers n'est testé sur des animaux, à compter de janvier2006."

Cela signifie, qu'après janvier 2006, aucun produit ni aucune matière première n'ont été testés sur des animaux.  Cela veut également dire que M&S peut vendre des produits contenant des ingrédients testés sur les animaux, tant que les tests ont eu lieu avant le mois de janvier 2006. Ces produits cosmétiques peuvent comporter des nouvelles formulations d'ingrédients.

L'affirmation de M&S peut être trompeuse. En effet, elle donne le sentiment que ces produits n'ont pas été testés sur des animaux. Ils envisagent peut-être d'introduire de nouveaux produits progressivement, produits dont les ingrédients ni le produit fini ne sont testés sur des animaux, mais la déclaration ne le confirme pas. Aucune information ne précise si d'autres tests ont été effectués pour garantir la sécurité du produit au consommateur et évaluer un impact éventuel sur l'environnement.


Main menu
Select a language
Search
Loading