La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Main menu
Select a language
Search
Loading

Les escargots de cône

Les escargots marin Conus (Conus magus) sont originaire des océans Indien et Pacifique, où ils se nourrissent de petits poissons. Leurs proies sont souvent beaucoup plus rapides qu’eux mais ils utilisent des neurotoxines puissantes dans leur venin pour immobiliser leurs proies et capturer leurs repas. Ils gardent leur venin dans une glande qui est logée dans leur dent qu’ils utilisent comme harpon contre leurs proies ou leurs ennemis. Les piqures les plus petites provoquent une piqure douloureuse comme une abeille, mais la piqure des plus grandes espèces peut être fatale – tout humain qui fut piqué par ce conidae eut un risque de mortalité aussi élevé que 90%. Ces escargots produisent des centaines de différentes conotoxines avec chacune une cible moléculaire bien précise, ce qui en font une des sources de composés thérapeutiques potentiels les plus extraordinaires.

Une unique conotoxines ne se liera qu’avec un seul type de canal ionique neurveux. Les conotoxines sont donc des outils potentiels extrêmement précis et efficaces pour la recherche. Les neuroscientifiques peuvent récupérer dans cette caverne d’ali baba rempli d’outils toxiques et influencer précisément le composant du système nerveux qu’ils désirent et qu’ils étudient.

Pour plus d’information sur Conus magus :  http://www.understandinganimalresearch.org.uk/news/staff-blog/how-snails-hunt-fish/ 

 

 

Ziconotide

Le ziconotide est le premier médicament basé sur une conotoxine de conus magus a avoir vu la lumière du jour. L’escargot magicien de cône utilisa sa version de ziconotide, non pas pour soulager la douleur mais pour paralyser sa proie. Le ziconotide est un peptide synthétique inspiré de l’une des conotoxine du conidae. Le peptide bloque de manière sélective certains types de canaux calciques qui permettent aux neurones d’envoyer les signaux de douleur au cerveau. Ce médicament est utilisé pour soulager la douleur chronique, mais malheureusement, les scientifiques n’ont pas encore trouvé un moyen efficace et sans danger d’administrer le produit par voie intraveineuse ou orale, de sorte qu’i doit être directement injecté dans le liquide céphalo-rachidien. L’effet du peptide est 100 fois plus puissant que la morpine ou la gabapentine, les références en terme d’analgésiques. De plus, les médicament à base du venin de cet escargot visent différents récepteurs que les opiacés et ne sont donc surement pas sujet à l’addiction.

Il y a déjà d’autre type de toxines de conus magug qui ont été transformés en produits pharmaceutiques potentiels et qui attendent les résultats d’essais cliniques avant d’être lancés sur le marché. Ils pourraient aider à traiter la douleur, l’addiction et le cancer.

 


Main menu
Select a language
Search
Loading