La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Main menu
Select a language
Search
Loading

Les mécanismes de l’activité hormonale

Le prix Nobel de Physiologie et médicine de 1971 fut attribué à Earl W. Sutherland pour ses travaux sur l’action des hormones. Inspiré par Carl Cori et ses travaux sur la dégradation du glycogène et la synthèse du glucose dans les cellules hépatiques de mammifères, Sutherland s’est concentré la régulation de la synthèse du glucose par l’hormone épinéphrine.

L’épinéphrine est une hormone produite par les glandes surrénales et transportée par le sang à différents organes du corps. Il est émis lorsqu’on ressent du stress pour préparer le corps à quelque chose de nouveau et éventuellement à se défendre. Elle permet, au niveau cellulaire, la libération de glucose pour produire de l’énergie.

Sutherland s’est concentré sur les cellules hépatiques et musculaires. Il fit la découverte d’une nouvelle molécule qui agit comme un intermédiaire dans la signalisation hormonale : l’AMP cyclique. De manière simplifiée, l’hormone est envoyée sur le flux sanguin et s’attache à des récepteurs membranaires de cellules. Ces récepteurs activés  vont ensuite enclencher une cascade chimique dans la cellule entrainant des changements de la réponse cellulaire et de l’expression génétique, grâce à ce second messager. L’hormone n’entre ou ne diffuse jamais dans la cellule – son information est transférée dans la cellule grâce à l’activité de l’AMPc qui transporte le signal hormonal a la machinerie cellulaire.

Plus tard, dans les années 60, l’AMPc ne fut plus uniquement associé à l’action de l’épinéphrine mais aussi a beaucoup d’autres hormones. Sutherland avait déniché un nouveau principe biologique, un mécanisme généralisé pour l’action des hormones.

En 1965, l’AMPc fut découverte dans des bactéries, qui n’ont vraisemblablement pas besoin des hormones. Il s’avère que l’AMPc a des fonctions régulatrices importantes qui aident les cellules bactériennes à s’adapter à leur environnement.

Sutherland a mis en évidence que les hormones fonctionnent à niveau cellulaire et moléculaire pour que les organismes multicellulaires puissent fonctionnent comme une unité et pour que les bactéries et autres procaryotes puissent s’adapter à leur environnement. L’AMPc s’est avérée être l’un des principes fondamentaux impliqués dans la régulation de la quasi-totalité des mécanismes vitaux.

 

 

 



Main menu
Select a language
Search
Loading