La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Loading
Main menu
Select a language
Search
Loading

Idées fausses

La plupart des gens ne connaissent pas le processus de recherche et il existe de nombreuses idées fausses sur la façon dont les animaux sont utilisés dans la recherche médicale et scientifique. Hors contexte, la science peut sembler ne pas avoir de sens et les longs processus des essais cliniques de médicaments sont parfois perçus comme un doublon des études déjà réalisées sur les animaux. Certaines des rumeurs les plus fréquentes sont abordées ci-dessous.

Microdosage

Le microdosage peut remplacer les tests de sécurité sur les animaux.

Le microdosage permet d'étudier comment de très faibles doses des médicaments potentiels se comportent chez des volontaires humains (parfois appelé phase0 des essais sur l'homme). Il devrait permettre de renforcer l'efficacité du processus de découverte du médicament en mettant plus tôt en évidence si un composé est approprié. De nouveaux médicaments nécessaires de façon urgente pourraient de ce fait être disponibles plus rapidement et à moindre coût.

Si le microdosage montre que certains médicaments potentiels sont peu adaptés aux êtres humains, ces résultats pourraient permettre de réduire le nombre d'animaux utilisés: ces composants seraient retirés des futurs développements et tests sur les animaux. Cependant, les composés prometteurs nécessiteront un développement approfondi, notamment des tests sur les animaux.

Le microdosage comporte des limites comme toute autre méthode de test. Il n'existe aucune garantie que la réaction de l'organisme à une microdose soit identique à celle d'une dose complète. Bien que les scientifiques et organismes de réglementation aient réalisé des avancées encourageantes dans cette direction, cette méthode est relativement nouvelle et n'a pas encore été totalement validée.      

Read more

Read less

Back to the top

Vioxx

Les effets indésirables et le retrait du marché qui a suivi du traitement pour l'arthrite Vioxx sont dus aux tests sur les animaux.

Le Vioxx a fait l'objet de nombreuses études chez des milliers de patients humains dans le cadre d'essais cliniques avant et après avoir été approuvé par plus de 70 organismes de réglementation dans le monde. Pour tout nouveau médicament, les tests sur les animaux et autres tests ont pour objectif de déterminer si un médicament est suffisamment sûr pour faire l'objet d'essais sur l'homme. En ce qui concerne le Vioxx, la réponse est oui: les tests sur les animaux ont été très efficaces.

Le risque accru d'infarctus a été clairement établi uniquement après que plus de 80 millions de patients dans le monde aient pris ce médicament et que les études à long terme sur des patients aient été réalisées.

Une meilleure surveillance après l'approbation est la réponse au problème des effets indésirables rares d’un médicament. Cela permettrait de prévoir quels patients sont susceptibles de mal réagir aux médicaments, du fait de leurs caractéristiques génétiques, de maladies multiples ou d'interaction avec d'autres médicaments.

Read more

Read less

Back to the top

Northwick Park

La tragédie de l'essai clinique du l'hôpital de Northwick Park au Royaume-Uni montre que les tests sur les animaux ne fonctionnent pas.

Le TGN1412 est un des nouveaux médicaments 'biologiques'. Aucun des tests réalisés avant l'étude clinique n'avait permis de prévoir ses effets indésirables catastrophiques. L'expertise a décrit les tests sur les cellules sanguines humaines comme un 'échec retentissant'. Il est plus difficile de tester la sécurité et l'efficacité de ce type de traitements que pour la plupart des médicaments. Néanmoins, de nombreux médicaments biologiques développés sur les animaux, notamment l'Herceptin, permettent déjà de sauver des vies.

Chaque année, environ 300essais cliniques sont réalisés au Royaume-Uni. Le type de problème observé à l'hôpital de Northwick Park demeure pourtant extrêmement rare, en partie parce que les tests sur les animaux et autres tests sont extrêmement efficaces pour mettre en lumière les problèmes. Laisser entendre que nous devrions abandonner certains tests parce qu'ils ne sont pas absolument parfaits revient à dire que nous devrions arrêter de mettre nos ceintures de sécurité, car elles ne permettent pas d'éviter toutes les blessures.     

Read more

Read less

Back to the top

Examens systématiques

Les examens systématiques, comme ceux présentés dans le British Medical Journal (BMJ) montrent que les études sur les animaux n'ont aucun sens pour la santé humaine.

Les examens systématiques peuvent nous permettre de déterminer si des études sont correctement réalisées et publiées. Par exemple, un examen systématique publié dans la prestigieuse revue The Lancet a montré qu'aucun des 500 essais cliniques sur l'homme portant sur une maladie appelée dyskinésie tardive n'a permis d'obtenir des données utiles.

Dans le British Medical Journal, un éditorial intitulé 'The scandal of poor medical research' (Le scandale d'une recherche de mauvaise qualité) affirmait que tous les types de recherche pouvaient être l’objet d’un contrôle insuffisant de la qualité.

Les examens systématiques ont prouvé que tous les types de recherche pouvaient être améliorés. Lorsqu'ils ont  été réalisés, les examens systématiques et autres études indépendantes ont montré que les études sur les animaux pouvaient être pertinentes pour les progrès médicaux concernant la santé humaine.

Les examens systématiques ne permettent cependant pas de répondre à toutes les questions concernant l'applicabilité et la pertinence des études sur les animaux pour l'homme. Cela dépend en grande partie des études sélectionnées pour l'examen. Dans la plupart des recherches animales, l'objectif n'est pas de prédire les résultats des essais sur l'homme, mais d'identifier de nouvelles connaissances ou de progresser dans la compréhension des maladies. Les données sur les animaux peuvent par conséquent être trop diverses pour permettre une comparaison pertinente avec les résultats des essais sur l'homme.      

Read more

Read less

Back to the top

Imagerie cérébrale

L'imagerie par résonance magnétique peut désormais être utilisée sur l’homme et permet d'obtenir le même niveau d'information que les études invasives des cellules cérébrales sur les animaux.

Cette technique mesure le flux sanguin dans différentes parties du cerveau. Elle peut être utilisée sur des humains volontaires sans aucun effet néfaste. Elle n'apporte cependant absolument pas le même niveau d'informations que celles pouvant être obtenues en insérant, sans aucune douleur, des électrodes dans le tissu cérébral lors d'études sur les animaux ou les humains.     

Back to the top

Recherches sur le VIH et le Sida

Il a été très difficile de lutter contre leVIHetleSida, car le virus s'attaque au système immunitaire de l'organisme et mute rapidement. D'éminents chercheurs ont récemment recommandé la réalisation de recherches plus fondamentales afin de nous permettre de mieux comprendre le virus avant de réaliser d'autres essais de vaccins  sur des volontaires. Aucun vaccin efficace n'existe à ce jour. Pourtant, les études sur les animaux ont été déterminantes pour identifier le vaccin, développer des tests de diagnostic et pour produire des traitements qui ont prolongé des millions de vies.

Le rétrovirus du VIH a été identifié au début des années 1980. Cette catégorie de virus avait été étudiée chez les animaux, mais ce n'est que peu de temps avant que l'on avait constaté qu'il infectait l'homme. L'analyse de sang (pour tester le sang pour les transfusions et diagnostiquer la maladie) a été développée en ayant recours à des animaux. Le premier traitement du VIH s'est avéré être actif contre les rétrovirus chez les animaux. Lorsqu'il s'est avéré efficace contre le VIH, il a directement fait l'objet d'essais cliniques.

En étudiant des singes infectés par un virus apparenté, le VIS, dès les premières semaines suivant l'infection, les scientifiques ont été en mesure de mieux comprendre le virus et de développer de meilleurs antirétroviraux pour les patients séropositifs. Bon nombre d'entre eux prennent maintenant deux ou trois pilules par jour afin d'empêcher le virus de se reproduire tout en aidant leur système immunitaire à se rétablir. L'expérimentation animale a également joué un rôle clé dans le développement de la prévention post-exposition qui a permis de sauver de nombreuses victimes de blessures provoquées par des seringues et d'autres expositions au VIH.

Read more

Read less

Back to the top
Main menu
Select a language
Search
Loading