La ressource mondiale en matière de preuves scientifiques sur l’expérimentation animale

Main menu
Select a language
Search
Loading

Sangsue médicinale

Cela fait bien des années que les sangsues sont utilisées dans la médecine, bien avant même que nous comprenions les causes de nombreuses maladies. Les gens croyaient que l’excès de sang ou de « mauvais sang » était responsable d’à peu prêt tous les problèmes médicaux. Ainsi, certaines sociétés effectuaient des saignées à l’aide de sangsues afin de traitées toutes sortes de maladies. Encore aujourd’hui, les sangsues médicinales (Hirudo medicinalis) sont parfois utilisées afin d’améliorer la circulation sanguine dans les greffes pour certaines interventions chirurgicales. Certains médecins utilisent même des sangsues pour traiter les crampes musculaires et les varices.

Mais maintenant, les effets thérapeutiques des sangsues n’ont rien à voir avec le sang qu’elles prélèvent, mais plutôt avec les plus de 60 composés qui se trouvent dans leur venin qui a des propriétés anesthésiques, anticoagulantes, vasodilatatrices et anti-inflammatoires. Tous ces composés sont nécessaires pour permettre un repas furtif tout en empêchant le sang ingéré de coaguler et de transformer la sangsue en « brique » dure.

Contrairement aux anticoagulants classiques, les anticoagulants des sangsues ont l’avantage d’être sélectif envers des facteurs de coagulation spécifiques, sans en affecter d’autres. Au moins 14 anticoagulants différents ont été isolés à partir de sangsues. 

 

 

Bivalirudin

Bivalirudine est un peptide dérivé de l’hirudine - un inhibiteur spécifique de la thrombine – qui se trouve dans la salive des sangsues. Il est utilisé pour prévenir les caillots sanguins lors d’angioplastie, une procédure qui utilise un mirco ballon pour élargir les vaisseaux sanguins obstrués. Il agit comme un inhibiteur direct de la thrombine, fermant les voies de coagulation du sang en stoppant une des étapes clés. C’est un composé utilisé pour le traitement du syndrome ischémique coronaire, de la thrombocytopénie induite par l’héparine et de la coagulation intra vasculaire disséminée  (DIC). 

 

lepirudin

L’hirudine fut aussi produite de manière synthétique et utilisée pour le traitement de la thrombose veineuse profonde et pour la préparation des angioplasties coronaires. Il y a eu des essaies cliniques avec des versions sous-cutanée modifiées de la molécule, lépirudine, pour ces conditions. 

 

desirudin

La lépirudine et une autre hirudine modifiée, la désirudine, ont été produites par des levures et utilisées  comme anticoagulants chez des sujets présentant une insuffisance rénale. 


Main menu
Select a language
Search
Loading